Alois & Auguste Stiftung – Fragen an ...

Travailler le bois

Sous les instructions et avec l’accompagnement d’experts, le projet dEMENZwERKEN permet à des personnes atteintes de troubles cognitifs de créer de leurs mains et rapporter à la maison une pièce qui les remplit de fierté. Au centre de la démarche: le bois, matériau qui – lorsqu’on le travaille, le touche, le hume – peut raviver des souvenirs.

L’idée de travailler le bois avec des personnes atteintes d’Alzheimer trouve son origine dans le constat fait par ses initiateurs lorsqu’ils cherchaient une activité appropriée pour leur père atteint de troubles de la mémoire. Ils avaient alors relevé un manque flagrant d’activités destinées à des hommes dotés, comme lui, d’aptitudes manuelles. Soutenus par Alzheimer Suisse, les premiers cours avaient eu lieu avec succès. Cependant, le projet avait dû être mis en veilleuse pendant quelque temps faute de moyens financiers et en raison de la pandémie du coronavirus.


Or, l’objectif de relancer ce cours, destiné à des personnes intéressées et disposant des aptitudes nécessaires, n’avait plus quitté les responsables du projet par la suite. La réponse positive de la Fondation Alois & Auguste permet désormais de reprogrammer ces cours.
C’est le centre de loisirs Spittelhof qui a accepté d’agir comme partenaire de coopération. Avec son atelier bois très lumineux, parfaitement équipé et à l’aménagement spacieux, il offre un cadre idéal aux participants. Une pièce complémentaire à l’atelier sera par ailleurs mise à disposition pour les pauses ou comme lieu de repli.


Afin de garantir la sécurité des participant-e-s travaillant le bois, les responsables soulignent l’importance d’un encadrement par des spécialistes formés, tels que menuisiers, professeurs de travaux pratiques et personnel infirmier.


Ces personnes instruiront les participant-e-s quant au maniement correct de l’outillage et des matériaux mis à disposition. Il peut cependant arriver qu’en raison du type et du stade de la maladie cognitive, des personnes puissent se sentir dépassées par moments. C’est dans de telles situations que l’infirmière ou l’infirmier formé-e en matière de troubles neurocognitifs aura les réflexes adéquats pour intervenir afin d’éviter toute escalade. Il ou elle pourra valider le vécu de la personne qui manifeste un comportement problématique dans un lieu de repli calme.


Il est prévu de proposer ce cours une fois par mois pour commencer, avec l’option d’en augmenter le rythme si nécessaire. Parmi les objets qu’il est possible de réaliser, on note des boîtes en bois avec un motif incrusté, un nichoir à oiseaux ou une pièce chantournée simple. Les souhaits individuels des participants seront également pris en compte.


Accessoirement, un «Café» sera proposé aux proches aidants comme offre de répit. Ils pourront ainsi profiter du temps disponible pour échanger entre proches.

Partenaire de coopération:
Centre de loisirs Spittelhof

Durée du projet:
De 2024 à 2025 

Soutien financier: 
Dans l’esprit d’un financement initial, le projet reçoit de la Fondation Alois & Auguste le montant de 15 369 CHF.

Retour en haut